Bleu verdâtre (Plebejus saepiolus) (Boisduval, 1852)

Description : Chez le mâle, le dessus des ailes est bleu métallique pâle, étroitement marginé de noir, avec une rangée de taches foncées près du bord de l'aile postérieure. Chez la femelle, l'aile antérieureest brun foncé avec des reflets bleus, en particulier dans sa portion basale, et l'aile postérieure est ornée d'une rangée marginale de taches noires indistinctes coiffées d'orange. Les deux sexes ont une petite tache noire à l'extrémité de la cellule de l'aile antérieure et, souvent, une tache noire plus petite sur l'aile postérieure. En dessous, les ailes sont gris argenté virant au bleuté près de la base chez lemâle, gris plus foncé à havane pâle chez la femelle. Chez les deux sexes, les ailes sont ornées de deux rangées de petites taches noires, et l'aile postérieure porte sur le bord une troisième rangée partielle de taches et des traces d'orange entre cette rangée et la deuxième; une des taches de la troisième rangée, près de l'angle anal, est plus grande et correspond à la tache anale bleue des porte-queue. Les taches en dessous des ailes sont généralement plus grandes et plus distinctes chez la femelle. Envergure : 21 à 28 mm.

Sous-espèces : Seulement deux des sept sous-espèces décrites sont présentes au Canada. Lasous-espèce insulanus vole dans l'île de Vancouver, tandis que la sous-espèce arnica occupe tout le reste de l'aire du bleu verdâtre au Canada.

Répartition géographique : Le Plebejus saepiolus est présent du sud de la Nouvelle-Écosse (une mention) jusque dans l'île de Vancouver, au Yukon et dans les Territoires du nord-Ouest; dans l'Ouest, il se rencontre dans les montagnes jusqu'en Arizona et en Californie. Il est absent de Terre-Neuve, del'île du Prince-Édouard et du sud de l'Ontario.

Espèces semblables : Le G. piasus et le G. lygdamus. Chez l'I. icarioides, les taches discoïdales foncées sur le dessus des ailes sont absentes ou réduites à de simples traces chez le mâle; en dessous, chez les deux sexes, la rangée externe de taches est réduite et vague, et la troisième rangée marginale et la grande tache correspondant à la tache anale des porte-queue font défaut. [images comparatives]

Stades immatures : Les oeufs sont déposés individuellement parmi les fleurs des plantes hôtes, et les chenilles se nourrissent de fleurs et de fruits. Les chenilles se présentent sous deux formes, une verte, l'autre brun rougeâtre. Diverses espèces de trèfles sont utilisées comme plantes hôtes. Dans l'Est, le bleu verdâtre est associé au trèfle blanc (Trifolium repens) et au trèfle alsike (T. hybridum), mais pas au trèfle rouge (T. pratense).

Abondance : Le bleu verdâtre est souvent abondant, en particulier dans les régions où il étend sonaire en suivant la progression des colonies de trèfle le long des routes, mais il est peu commun à rare dans l'est du pays et près des limites septentrionales de son aire.

Période de vol : Le bleu verdâtre produit une génération par année et vole du milieu de mai au milieu de juillet dans le Sud, mais de la fin de juin au milieu d'août plus au nord.

Comportement et habitat : Le bleu verdâtre fréquente généralement les milieux ouverts envahis par les trèfles, comme les prés humides, les prairies et le bord des tourbières et des routes.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.