Hespérie des roseaux (Poanes massasoit) (Scudder, 1864)

Description : Cette petite hespérie (envergure : 22 à 29 mm) a les ailes rondes et le dessus des ailes noirâtre. Le mâle n'a pas de ptérostigma. Chez les deux sexes, le dessus de l'aile postérieure est orné d'une rangée transversale de taches oranges, mais chez le mâle, ces taches sont plus petites, parfois même presque absentes. Chez le mâle, l'aile antérieure est habituellement ornée près de son extrémité de petites taches orange; chez la femelle, ces taches sont blanches, plus grandes, et visibles sur les deux faces de l'aile. Le dessous de l'aile postérieure est orné au centre d'une grande tache jaune formée d'une longue strie centrale flanquée de part et d'autre de deux petites taches jaunes.

Sous-espèces : Deux sous-espèces ont été décrites, mais seule la sous-espèce nominale se rencontre au Canada.

Répartition géographique : Le Poanes massasoit a une aire très restreinte. Il se rencontre sur la côte Est des États-Unis et dans quelques États au sud et au sud-ouest des Grands Lacs et dans une étroite bande de territoire s'étendant du sud-ouest de l'Ontario et du nord des lacs Érié et Ontario et du Saint-Laurent jusque dans une région située immédiatement à l'ouest de Montréal, au Québec.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Aucune.

Stades immatures : La chenille est apparemment non décrite. L'hespérie des roseaux se nourrit au stade larvaire de carex à feuilles étroites, dont le carex raide (Carex stricta) et peut-être le carex aquatique (C. aquatilis), du moins dans l'est de l'Ontario. L'identification à l'espèce des carex est souvent compliquée par le fait que les colonies de l'hespérie sont généralement établies dans des peuplements de carex stériles et, dès lors, difficiles à identifier; le même problème se présente avec l'hespérie voyageuse (Poanes viator) et l'hespérie de Dioné (Euphyes dion).

Abondance : L'hespérie des roseaux forme généralement des colonies extrêmement localisées, mais elle peut y être commune.

Période de vol : Le P. massasoit vole du début de juillet au début d'août, mais il est plus commun vers le milieu de juillet. Il ne connaît qu'une génération par année à l'échelle de son aire.

Comportement et habitat : Cette espèce est confinée aux peuplements de carex à feuilles étroites. Avec un peu de pratique, on arrive à repérer et à reconnaître facilement ces peuplements, même en hiver. Ces derniers se forment presque toujours dans des milieux humides le long des routes et mesurent rarement plus de 50 mètres de longueur. Toutefois, tous ces peuplements n'abritent pas nécessairement une colonie d'hespérie des roseaux. Cette espèce ne sort jamais hors du peuplement où elle vit et s'élève rarement au-dessus des plants. Elle vole normalement entre les tiges des carex, très lentement et très faiblement, même lorsqu'elle est dérangée.

Observations : RAL est parvenu à découvrir cette hespérie pour la première fois au Québec en explorant les fossés de bords de route afin de trouver des peuplements de carex répondant à la description énoncée au paragraphe précédent.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.