Hespérie de Peck (Polites peckius) (W. Kirby, 1837)

Description : Comme nos huit autres espèces de Polites, cette espèce a les ailes courtes, triangulaires, avec les bords externes arrondis. Chez les deux sexes, le dessus des ailes est brun foncé, avec une série de petites mouchetures orange pâle sur l'aile antérieure et une grande tache orange centrale traversée par les nervures surlignées de noir sur l'aile postérieure. Chez le mâle, le ptérostigma, noir et incurvé, borde une tache orange vif sur la costa; chez la femelle, cette tache est réduite à une simple trace. Chez les deux sexes, le dessous de l'aile postérieure est orné d'une grande tache centrale de couleur paille pâle et de forme irrégulière. Envergure : 19 à 27 mm.

Répartition géographique : Le Polites peckius vole dans la plupart des États du nord et du centre des États-Unis, à l'exception de la côte du Pacifique. Au Canada, il est présent de Terre-Neuve à la Colombie-Britannique et se rencontre vers le nord jusqu'à Cartwright au Labrador, au lac Moar en Ontario, à Leaf Rapids au Manitoba et dans la région de la rivière Hay, en Alberta.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : L'hespérie de Peck se distingue des autres espèces de Polites présentes au Canada par la grande tache qui orne son aile postérieure.

Stades immatures : La chenille est marron foncé, avec des marbrures brun pâle. La tête est noire, rayée et tachetée de blanc. Diverses graminées, dont la léersie faux-riz (Leersia oryzoides), sont utilisées comme plantes hôtes au Manitoba. Au Canada, l'hespérie de Peck entre en hibernation avant d'avoir achevé son développement larvaire.

Abondance : L'hespérie de Peck est localement commune à l'échelle de son aire, mais elle est souvent rare ou absente dans certains endroits qui semblent pourtant lui convenir très bien.

Période de vol : L'hespérie de Peck vole de la fin de juin à la fin de juillet dans l'Est et jusqu'au début d'août dans l'Ouest. Elle produit une seule génération par année au Canada, sauf dans le sud et l'est de l'Ontario, où elle présente une deuxième génération partielle. Dans le sud des États-Unis, trois générations se succèdent chaque année.

Comportement et habitat : Cette hespérie visite régulièrement les fleurs, en particulier les fleurs defabacées (p. ex. vesces). Elle se rencontre dans les milieux humides le long des chemins sablonneux, les prés humides et les lisières de marais. À Buffalo Narrows, dans le nord de la Saskatchewan, et près de Matagami, dans le nord du Québec, elle a colonisé les seuls habitats herbeux de la région. Dans les deux cas, il s'agit de clairières ouvertes par les humains.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.