Polites sabuleti (Boisduval, 1852)

Description : Parmi nos espèces de Polites, le Polites sabuleti est l'une des plus petites (envergure : 17 à 23 mm) et des plus pâles. Sur le dessus, les ailes sont orange jaunâtre, avec les bordures brun foncé, largement lobées. En dessous de l'aile postérieure, les taches médianes pâles s'étendent parallèlement et perpendiculairement aux nervures. Sur le bord des ailes, l'extrémité de chaque nervure est soulignée par un petit point noir.

Sous-espèces : Parmi la dizaine de sous-espèces qui ont été décrites, seule la sous-espèce nominale se rencontre au Canada.

Répartition géographique : Le P. sabuleti est présent dans l'ouest des États-Unis depuis la Basse-Californie jusqu'à la frontière canado-américaine. Au Canada, elle n'est connue que de Penticton, Osoyoos et Vernon, trois localités de la vallée de l'Okanagan, en Colombie-Britannique.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Les dessins en dessous de l'aile postérieure distinguent le P. sabuleti de toutes les autres espèces de Polites, sauf peut-être le P. draco. Chez cette dernière espèce, la tache foncée à côté du ptérostigma est beaucoup plus grande que chez le P. sabuleti, mais les marques pâles en dessous de l'aile postérieure sont moins étendues. Les aires de ces deux espèces ne se chevauchent pas au Canada. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est grisâtre ou verdâtre, avec des taches brunes. Elle a des bandes dorsales (et parfois latérales) foncées, et une bande latérale plus pâle. La tête est noire, avec des marques blanches. À l'état larvaire, le P. sabuleti se nourrit de diverses graminées, dont le distichlis dressé (Distichlis spicata var. stricta), le chiendent pied-de-poule (Cynodon dactylon) et le pâturin des prés (Poa pratensis) (Scott, 1986).

Abondance : Le P. sabuleti est commun et répandu plus au sud. Au Canada, il présente une distribution très localisée, mais il est commun là où il est présent (John Garland, comm. pers.).

Période de vol : Au Canada, les adultes se rencontrent en mai et au début de juin, puis de nouveau de la fin d'août au début de septembre.

Comportement et habitat : Le P. sabuleti fréquente un large éventail d'habitats herbeux ouverts. À Penticton, il se rencontre habituellement dans des secteurs habités ou inhabités où pousse la centaurée diffuse (Centaurea diffusa), une astéracée introduite qui constitue une abondante source nectar pour les adultes de la deuxième génération (Garland, 1977).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.