Polites vibex (Geyer, 1832)

Description : Chez le mâle, le dessus de l'aile antérieure est orange jaunâtre vif, avec le ptérostigma noir et contrasté et la bordure, foncée et dentelée; le dessus de l'aile postérieure est brun foncé, avecune petite tache centrale orange. La femelle est brun foncé sur le dessus, avec de petites taches blanchâtres sur l'aile antérieure. Le dessous des ailes est orange chez le mâle, grisâtre chez la femelle, avec de grandes taches foncées aux contours flous chez les deux sexes. Envergure : 26 à 30 mm.

Sous-espèces : Trois sous-espèces ont été décrites, mais seule la sous-espèce nominale est présente au Canada.

Répartition géographique : Le Polites vibex est une espèce résidente depuis le sud-est des États-Unis jusque dans les Antilles et l'Argentine. Il migre vers le nord jusqu'en Ohio et le Connecticut, et il a même été observé une fois à Toronto, en Ontario.

Espèces semblables : Le mâle peut être confondu avec le mâle de l'Hylephila phyleus. Les dessins en dessous de l'aile postérieure de la femelle sont uniques.
[images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert pâle, avec une bande foncée sur le dos et des bandes pâlessur les côtés. La tête est noire, avec des lignes et des taches crème. Les plantes hôtes sont des graminées.

Abondance : Bien que commun en Floride et dans les États du golfe du Mexique, le P. vibex l'est beaucoup moins dans la portion septentrionale de son aire.

Période de vol : Le P. vibex vole douze mois par année dans l'extrême Sud et migre vers le nord à lafin de l'été et en automne.

Comportement et habitat : Le P. vibex a un vol extrêmement rapide et est plus facile à approcher lors qu'il se nourrit sur les fleurs.

Observations : Le seul individu de P. vibex observé au Canada est une femelle capturée à Toronto par Arthur Gibson un peu avant 1910. Ce spécimen se trouve maintenant dans la Collection nationale canadienne, à Ottawa. Bien que cette capture ait été signalée par son auteur (Gibson, 1910) et que l'existence de ce spécimen ait été connue, cette mention a été jugée suspecte en raison de la mention dans la même publication de la présence dans la région de Toronto du P. baracoa (Lucas), espèce largement confinée à la Floride et dès lors fort peu susceptible d'être capturée à Toronto. Le spécimen « P. baracoa » de Gibson a récemment été découvert dans la Collection nationale canadienne, sous l'identification P. themistocles. Ce spécimen est en réalité une forme légèrement aberrante du P. themistocles. Comme l'erreur de Gibson ne portait pas sur les données de capture mais bien sur l'identité du spécimen, il n'y a pas de raison de douter de l'authenticité de la mention concernant le Polites vibex (Wormington, 1995b).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.