Polygone à taches vertes (Polygonia faunus) (W.H. Edwards, 1862)

Description : Parmi tous nos polygones, c'est cette espèce qui a les ailes les plus irrégulièrement lobées. Ce caractère est plus prononcé chez le mâle. Sur le dessus, le polygone à taches vertes ressemble beaucoup au polygone virgule (P. comma), mais il est habituellement d'un rouge-orange plus foncé; en dessous, les ailes sont marbrées debrun-gris, avec une rangée submarginale de taches vertes. Ces taches vertes peuventêtre décolorées et difficiles à distinguer chez les individus qui ont hiberné. Envergure : 34 à 47 mm.

Sous-espèces : La sous-espèce nominale faunus, reconnaissable à ses ailes brunes en dessous, est présente dans tout l'est du Canada, jusqu'au Manitoba vers l'ouest. La sous-espèce hylas se rencontre de la Saskatchewan jusqu'en Colombie-Britannique et se distingue de la sous-espèce faunus à ses ailes plus grises en dessous. Les individus qui volent au Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest ressemblent à la sous-espèce hylas, mais il sont généralement plus petits. Ils ont été appelés arcticus, mais commeleur taille détermine un gradient avec les individus de la sous-espèce hylas, nous les rangeons dans cette dernière sous-espèce.

Répartition géographique : Le Polygonia faunus est largement répandu dans tout le Canada au sud de la toundra. Toutefois, sa présence a rarement été signalée dans les régions de prairie du sud de la Saskatchewan et de l'Alberta et dans le sud-ouest de l'Ontario.

Espèces semblables : Le polygone à taches vertes peut habituellement être distingué du polygone virgule (P. comma), l'espèce qui ressemble le plus, par ses ailes irrégulièrement dentelées et sa rangée submarginale de taches vertes en dessous des deux ailes. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est épineuse, noire, avec des marques orange et blanches sur le dos et des lignes sinueuses orange sur les côtés. Au Canada, elle se nourrit sur diverses essences ligneuses, en particulier les bouleaux (Betula spp.), les aulnes (Salix spp.), les aulnes (Alnus spp.) et les bleuets (Vaccinium spp.).

Abondance : Généralement considéré comme peu commun dans la plupart des régions où il vole, le polygone à taches vertes est peut-être moins fréquemment observé que ses congénères uniquement parce qu'il est davantage confiné aux zones boisées.

Période de vol : Le polygone à taches vertes produit une seule génération par année au Canada. Les adultes peuvent vivre dix mois, mais ils passent une bonne partie de cette période en hibernation. Ils volent principalement de juillet à septembre, puis de nouveau à la fin d'avril et en mai.

Comportement et habitat : Le polygone à taches vertes est associé aux forêts boréales et se rencontre généralement sur le bord des routes et dans les clairières. Il se pose souvent sur les pierres ou le gravier et chasse tous les papillons qui envahissent son territoire. Comme les autres polygones, il se nourrit de sève et des liquides qui exsudent des déjections d'animaux et de la charogne. Le polygone à taches vertes est observé le plus souvent en forêt lorsqu'il s'envole, surpris par un promeneur. Il revient habituellement se percher au même endroit ou à proximité quelques secondes plus tard.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.