Polygone gracile (Polygonia gracilis) (Grote & Robinson, 1867)

Description : Sur le dessus, le Polygonia gracilis est très semblable à ses congénères. La bordure foncée de l'aile postérieure contient toujours des taches jaune brillant. En dessous, le contraste entre la portion interne foncée et la portion externe gris argenté des ailes est distinctif. La marque argentée en forme de virgule est étroite et pointue aux deux extrémités, comme chez le P. progne. Envergure : 37 à 50 mm.

Sous-espèces : La sous-espèce zephyrus (considérée encore récemment par de nombreux auteurs comme une espèce distincte) se rencontre dans le sud de la Colombie-Britannique, en Alberta et dans les collines du Cyprès de la Saskatchewan; le dessous des ailes est gris argenté foncé, et les deux portions sont moins contrastéesque chez la sous-espèce nominale. Chez la sous-espèce nominale gracilis, qui se rencontre dans l'est du Canada jusqu'au Manitoba, la moitié basale des ailes en dessous est brun foncé et contraste fortement avec la moitié externe, qui est gris argenté. Une forme intermédiaire non nommée a les ailes brun-gris en dessous, avec les deux moitiés moyennement contrastées; elle vole dans l'ouest du Canada du Manitoba jusqu'en Alaska et, vers le sud, jusqu'au centre de la Colombie-Britannique, où elle produit des formes intermédiaires avec le P. zephyrus.

Répartition géographique : La présence du polygone gracile a été mentionnée plusieurs fois au Labrador (vallée Happy et Goose Bay), en Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick. De là, son aire forme une bande depuis le nord des États de la Nouvelle-Angleterre jusqu'au nord de l'Ontario en passant par le Québec. Le polygone gracile est répandu dans les quatre provinces de l'Ouest, au nord jusqu'au lac Sam au Yukon, Reindeer Station dans les Territoires du Nord-Ouest et Coppermine au Nunavut.

Espèces semblables : Le polygone gracile risque d'être confondu sur tout avec le polygone gris (P. progne), mais ce dernier n'a pas les deux moitiés des ailes contrastées en dessous. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est brun foncé, avec des rayures et des épines rougeâtres sur la moitié antérieure du dos, et des taches et des épines blanchâtres surla moitié postérieure. À l'état larvaire, le polygone gracile a été observé sur diverses espèces de gadelliers (Ribes spp.), mais la sous-espèce zephyrus a également ététrouvée sur diverses espèces d'ormes (Ulmus spp.) et de rhododendrons(Rhododendron spp.) (Bird et al., 1995).

Abondance : Le polygone gracile est peu commun à rare dans l'est du Canada et dans les États de la Nouvelle-Angleterre, mais il est souvent commun dans l'ouest du Canada et des États-Unis.

Période de vol : Le polygone gracile produit une génération par année. Les adultes émergent en juillet et en août et hibernent jusqu'au printemps suivant.

Comportement et habitat : Le polygone gracile est une autre espèce associée à la forêtboréale. Contrairement aux autres polygones, il se nourrit parfois sur les fleurs, en particulier les asters et les immortelles (Klassen et al., 1989).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.