Polygonia oreas (W.H. Edwards, 1869)

Description : Le Polygonia oreas ressemble au polygone à taches vertes (P. faunus) sur le dessus, mais à un polygone gris (P. progne) brun foncé en dessous. Les taches noires sur le dessus de l'aile antérieure (chez la sous-espèce silenus) sont plus grandes que chez n'importe quel autre polygone, et la fusion de certaines d'entre elles forme de grandes marques irrégulières. Le bord des ailes est dentelé et lobé, comme chez le polygone à taches vertes. Une série de taches blanches le long des franges font paraîtreles lobes encore plus profonds. Les taches pâles près du bord de l'aile postérieure sont plus grandes que chez le polygone gris, étant séparées par une distance inférieure à leur diamètre. En dessous des ailes, le P. oreas ressemble au polygone gris, sauf qu'il est brun foncé. Envergure : 45 à 52 mm.

Sous-espèces : La sous-espèce silenus se rencontre le long de la côte Ouest jusque dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique et a été observée une fois au Yukon. Les individus plus pâles volant dans le reste de la Colombie-Britannique et dans le sud-ouest de l'Alberta sont d'une couleur intermédiaire entre la sous-espèce silenus et la sous-espèce nominale oreas, qui est présente depuis la Californie jusque dans le nord des Rocheuses aux États-Unis.

Répartition géographique : Cette espèce se rencontre dans les montagnes depuis le nord de la Californie jusque dans le sud de la Colombie-Britannique et l'extrême sud-ouest de l'Alberta. Un spécimen capturé sur les rives de la rivière Klotassin, dans l'ouest du Yukon, constitue la mention la plus nordique pour cette espèce. D'autres spécimens sont requis pour confirmer la présence de cette espèce à une latitude aussi nordique.


Données sur les collections de spécimens

Espèces semblables : Le P. oreas risque d'être confondu surtout avec la sous-espèce de l'Ouest du polygone gracile (P. gracilis zephyrus) et le polygone gris (P. progne). Il s'en distingue par ses franges entre coupées d e taches blanches qui accentuent la découpure des ailes et par ses grandes taches noires sur le dessus des ailes. En dessous, les ailes sont brun foncé, alors qu'elles sont gris argenté chez le polygone gracile (P. gracilis) et brun plus pâle et finement striées d'argenté chez le polygone gris (P. progne). [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est semblable à celle du polygone gris et se nourrit aussi sur les groseillers (Ribes spp.).

Abondance : Le P. oreas est peu commun au Canada.

Période de vol : Les adultes qui ont hiberné volent habituellement du milieu de mai à la fin de juillet.

Comportement et habitat : Ce papillon est habituellement rencontré dans les forêts conifériennes et les clairières où poussent ses plantes hôtes.

Observations : Cette espèce est étroitement apparentée au polygone gris et le remplace vers l'ouest à partir de la région de Crowsnest Pass, dans le sud-ouest de l'Alberta. Le polygone gris se rencontre en Alberta jusqu'aux contreforts des Rocheuses. Cette succession d'ouest en est a incité Scott (1986) à traiter le P. oreas comme une sous-espèce du polygone gris. Toutefois, nous maintenons le statut d'espèce distincte du P. oreas, car les deux espèces ne semblent pas présenter de formes intermédiaires dans les régions de l'Alberta où leurs aires se voisinent.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.