Pontia sisymbrii (Boisduval, 1852)

Description : Le Pontia sisymbrii est généralement plus petit (envergure : 31 à 40 mm) que les espèces qui lui ressemblent. En dessous de l'aile postérieure, les nervures sont largement surlignées de brun verdâtre foncé. La tache noire de la cellule discoïdale, sur le dessus de l'aile antérieure, est étroite. Dans la portion septentrionale de l'aire de l'espèce, y compris le Canada, certaines femellessont jaunâtres (forme « flava »).

Sous-espèces : La sous-espèce flavitincta se rencontre au Canada.

Répartition géographique : Le P. sisymbrii est répandu dans les régions montagneuses de l'ouest des États-Unis. Au Canada, ses populations semblent très dispersées. Il se rencontre dans le sud de la Colombie-Britannique, à l'exception des régions côtières, dans l'ouest et le nord de l'Alberta, dans tout le Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest, en particulier dans la région du Grand lac des Esclaves.


Données sur les collections de spécimens

Espèces semblables : Le P. sisymbrii ressemble au Pontia beckerii, au Piéride damier (P. protodice) et au Pontia occidentalis, mais chez ces derniers, les écailles qui recouvrent les nervures en dessous de l'aile postérieure sont d'un vert plus pâle ou brun pâle. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est jaune, avec une étroite ligne noire contrastée sur les côtés. Elle se nourrit sur diverses plantes de la famille de la moutarde, dont des sisymbres (Sisymbrium spp.) et des arabettes (Arabis spp.).

Abondance : Le P. sisymbrii est considéré comme peu commun dans la plupart des régions où il se rencontre.

Période de vol : Le P. sisymbrii vole du milieu de mai jusqu'en juin au Canada.

Comportement et habitat : Le P. sisymbrii se rencontre dans divers types d'habitats, notamment dans les canyons et les boisés conifériens clairsemés et sur les versants secs des montagnes. Les mâles arpentent le sommet des collines à la recherche de femelles réceptives.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.