Satyrium behrii (W.H. Edwards, 1870)

Description : Espèce de taille moyenne (envergure : 25 à 28 mm) dépourvue de queue, le Satyrium behrii se reconnaît facilement à ses ailes jaune-orange largement marginées de brun sur le dessus. En dessous, les ailes sont plus foncées que chez la plupart des autres porte-queue, avec de petits taches foncées auréolées de blanc.

Sous-espèces : Seule la sous-espèce columbia, décrite de Fairview, en Colombie-Britannique, se rencontre au Canada. Le dessous des ailes est plus foncé et les taches noires sont plus grandes chez cette sous-espèce nordique que chez la sous-espèce nominale behrii.

Répartition géographique : Ce porte-queue se rencontre du Nouveau-Mexique et de la Californie jusque dans le sud de la Colombie-Britannique, dans la vallée de l'Okanagan. Sa présence y a été observée au nord jusqu'à Penticton.


Données sur les collections de spécimens

Espèces semblables : Aucune au Canada.

Stades immatures : La chenille est verte, avec une ligne blanche sur le dos et des lignes diagonales jaunes, blanches et vertes. Jones (1951) associe cette espèce au lupin, mais il s'agit probablement d'une erreur. Au Canada, la seule plante hôte connue est le purshia tridenté (Purshia tridentata), une rosacée arbustive.

Abondance : En Colombie-Britannique, le S. behrii se rencontre uniquement dans les régions où le purshie tridenté est présent.

Période de vol : Le S. behrii vole en juin et en juillet au Canada.

Comportement et habitat : Ce porte-queue préfère les milieux secs, en particulier les versants secs de montagne envahis par les armoises et le purshie tridenté. Il se laisse approcher plus facilement que la plupart des autres porte-queue et ne s'éloigne jamais beaucoup de sa plante hôte (Pyle, 1981).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.