Porte-queue d'Edwards (Satyrium edwardsii) (Grote & Robinson, 1867)

Description : Le Satyrium edwardsii est un porte-queue caudé relativement petit (envergure : 19 à 31 mm). Sur le dessus, les ailes sont brun foncé, parfois avec une tache orange au-dessus de la queue. En dessous, les ailes sont brun pâle avec, contrairemebr. Ce porte-queue se distingue des espèces qui lui ressemblent par la bande de taches circulaires auréolées de blanc en dessous desailes (chez certains individus, cette chaîne peut être réduite, voire absente). Le bord interne de l'aile postérieure, en dessous, est longuement ourlée d'orange. Chez les espèces semblables, cette marque est beaucoup moins développée. Enfin, comme chez le S. calanus et le S. caryaevorum, la tache anale bleue en dessous de l'aile postérieure n'est pas coiffée d'une tache orange.

Répartition géographique : Ce porte-queue se rencontre principalement dans l'est des États-Unis,mais elle atteint le sud de quatre provinces canadiennes. Quelques colonies ont été trouvées dans le sud du Québec (dans les Cantons de l'Est, près de Montréal, et à Luskville, près de Hull). Le S. edwardsii est répandu dans le sud de l'Ontario et du Manitoba et se rencontre en quatre endroits dans le sud-est de la Saskatchewan.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Avec sa tache anale bleue non coiffée d'une tache orange en dessous de l'aile postérieure, le S. edwardsii risque d'être confondu seulement avec le porte-queue du chêne (S. calanus) et le porte-queue du caryer (S. caryaevorum). En dessous, chez ces deux espèces, les taches foncées sont rectangulaires et fusionnées en bande, non pas rondes et distinctes, et la marque orange le long du bord interne de l'aile postérieure est réduite. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est brun verdâtre foncé, avec des traits obliques pâles. Elle se nourritsur les bourgeons et les feuilles de diverses espèces de chênes. Les espèces attaquées sont le chênenoir (Quercus velutina) et le chêne blanc (Q. alba) dans le sud de l'Ontario, le chêne rouge (Q. rubra) au Québec, et le chêne à gros fruits (Q. macrocarpa) au Manitoba. Les oeufs sont déposés dans des anfractuosités et des blessures dans l'écorce. Les chenilles des premier et deuxième stades s'alimentent le jour, mais les chenilles plus âgées se nourrissent la nuit et passent la journée dans desabris construits à la base de l'arbre hôte par les fourmis, qui s'en occupent et les protègent; lanymphose a lieu dans ces abris (Webster et Nielsen, 1984).

Abondance : Cette espèce est considérée comme relativement commune dans le sud de l'Ontario et du Manitoba, mais elle présente une distribution assez localisée et devient rare vers les limites de sonaire, comme dans la région d'Ottawa et le sud du Québec.

Période de vol : Le S. edwardsii vole de la fin de juin jusqu'en août au Canada.

Comportement et habitat : Les adultes se rencontrent habituellement à proximité des chênes hôtes.Ils sont attirés par un grand nombre de fleurs, en particulier les fleurs d'asclépiade et de mélilot blanc. Il est possible que le porte-queue d'Edwards soit passé inaperçu dans certaines régions en raison des a ressemblance avec le porte-queue du chêne S. calanus, plus commun.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.