Speyeria coronis (Behr, 1864)

Description : Cet argynne de grande taille a le dessus des ailes brun-orange, avec des marques noires relativement prononcées. En dessous, les ailes sont plus pâles que chez la plupart des autres argynnes, la base de l'aile antérieure étant orange brillant, et l'aire discale de l'aile postérieure, brun-jaune ou verdâtre. En dessous de l'aile postérieure, les taches argentées de la bande marginale sont basses et arrondies au lieu de triangulaires comme chez la plupart des autres espèces.

Sous-espèces : Au moins six sous-espèces ont été décrites, mais seulement deux se rencontrent près de la frontière canado-américaine. La sous-espèce snyderi vole tout juste au sud de l'Alberta et a été observée une fois dans cette province. La sous-espèce semiramis est présente dans l'État de Washington, très près de la frontière de la Colombie-Britannique.

Répartition géographique : Le Speyeria coronis se rencontre dans toute la région du Grand Bassinet les États montagneux de l'Ouest américain, ainsi que dans les régions côtières, du sud de la Californie à l'État de Washington. Son aire rejoint presque la frontière canado-américaine dans l'État de Washington et au Montana. Il a été capturé une fois au Canada, dans le sud de l'Alberta.

Espèces semblables : Avec ses taches submarginales argentées basses et arrondies et la base de son aile antérieure orange brillant, le S. coronis ressemble beaucoup au S. zerene en dessous. Il est cependant légèrement plus grand que ce dernier et, en dessous, l'aire discale de son aile postérieure est plus pâle, plus jaunâtre ou brun verdâtre. Chez le S. zerene, chaque tache submarginale est coiffée d'une marque brun-orange très contrastée. Chez le S. coronis, ces marques sont plus pâles et verdâtres. [images comparatives]

Stades immatures : Comme tous ses congénères, le S. coronis se nourrit à l'état larvaire exclusivement sur des violettes (Viola spp.). Les femelles déposent leurs oeufs directement sur les plantes hôtes ou à proximité. La chenille est marbrée de brun et de noir, avec des épines noires (Scott, 1986).

Abondance : Le S. coronis est passablement commun dans la plupart des régions où il est présent, mais il devient plus rare vers le nord. Il est très rare au Canada.

Période de vol : Le S. coronis vole du début de juin au milieu de septembre. Les adultes, en particulier les mâles, sont plus souvent observés au cours du premier mois de la période de vol.

Comportement et habitat : Les recherches visant à observer une nouvelle fois cette espèce au Canada devraient être effectuées à la fin de l'été, le long de la frontière canado-américaine, entre le sud-ouest de la Saskatchewan et l'intérieur de la Colombie-Britannique, préférablement dans des secteurs broussailleux situés à proximité de cours d'eau et peuplés de violettes au printemps.

Observations : Le ou les seuls spécimens canadiens ont été capturés en 2001 par Norbert Kondla. La date et l'endroit exacts où ces spécimens ont été récoltés demeurent à déterminer.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.