Vanesse de Virginie (Vanessa virginiensis) (Drury, 1773)

Description : Cette espèce de taille moyenne (envergure : 42 à 66 mm) a les ailes antérieures pointues et le dessus des ailes rose saumon, avec un réseau complexe de marques foncées. Les taches noires près du bord de l'aile postérieure ne sont pas pupillées de bleu. En dessous, les ailes sont ornées d'un réseau complexe de dessins, et l'aile postérieure, de cinq ocelles submarginaux.

Sous-espèces : La belle dame est probablement le papillon diurne le plus largement répandu au monde. Elle vole sur tous les continents, à l'exception de l'Antarctique et de l'Amérique du Sud. Au Canada, elle se rencontre de la côte du Pacifique à la côte de l'Atlantique et, vers le nord, jusqu'à la péninsule d'Ungava au Québec, au lac Baker au Nunavut et à Carmacks au Yukon.

Répartition géographique : Le Lycaena phlaeasest répandue dans toutes les régions tempérées de l'hémisphère Nord. En Amérique du Nord, il se rencontre dans l'Arctique jusqu'au lac Hazen, près de l'extrémité nord de l'île d'Ellesmere. D'est en ouest, la sous-espèce americana vole depuis l'île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, jusque dans le nord-ouest de l'Ontario; une mention isolée nous provient de Regina, en Saskatchewan (Hooper, 1973). La sous-espèce du Nord et de l'Ouest se rencontre dans la toundra du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest, de même qu'au Yukon et en Alaska; vers le sud, elle vole dans les montagnes jusqu'au Columbia, en Colombie-Britannique, et de l'Alberta au Wyoming. Une population isolée est également connue de la Sierra Nevada, en Californie.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : La belle dame (V. cardui) et le V. annabella ressemblent à la vanesse de Virginie, mais il s'en distinguent à leurs ocelles plus nombreux et plus petits en dessous de l'aile postérieure. [images comparatives]

La description de cette image suit.
Vanesse de Virginie (Vanessa virginiensis), chrysalide. T. Arcand

Stades immatures : Comme l'adulte, la chenille est parée de dessins complexes. Elle est noire, annelée de blanc ou de jaune, avec une rangée de taches larges sur les côtés. Les épines sont noires, avec la base rouge. À l'état larvaire, la vanesse de virginie se nourrit sur diverses astéracées, dont des gnaphales, des antennaires et des immortelles (Gnaphalium, Antennaria et Anaphalis spp.).

Abondance : La plupart des années, la vanesse de Virginie est relativement commune dans la majorité des régions de l'est du Canada, mais elle est rare dans l'ouest du pays et à Terre-Neuve.

La description de cette image suit.
Vanesse de Virginie (Vanessa virginiensis), chrysalide. T. Arcand

Période de vol : La vanesse de Virginie immigre habituellement au Canada en mai. Les deuxième et troisième générations volent de juin à septembre.

Comportement et habitat : Comme la plupart des papillons diurnes migrateurs, la vanesse de Virginie se rencontre dans divers types d'habitats, y compris le long des routes et dans les friches, les prés et les clairières. Elle a un vol rapide, mais elle se pose fréquemment sur les fleurs et sur d'autres objets pour se faire chauffer au soleil, les ailes bien étalées.

Observations : La vanesse de Virginie tolère mieux le froid que la belle dame. Il n'est pas certain qu'elle puisse hiberner au Canada, mais elle y parvient peut-être dans l'extrême sud du pays.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.