Hespérie verdâtre (Wallengrenia egeremet) (Scudder, 1864)

Description : Cette hespérie brun violacé terne a seulement quelques petites taches pâles sur les deux faces des ailes. Chez le mâle, le ptérostigma est court, scindé en deux parties et flanqué de petites marques brun orangé plus pâles. Chez la femelle, ces marques pâles sont un peu plus grandes, d'un jaune plus pâle, et répétées en dessous de l'aile antérieure. Le dessous de l'aile postérieure est habituellement orné d'un croissant médian de marques pâles peu visibles. Envergure :24 à 29 mm.

Répartition géographique : Le Wallengrenia egeremet se rencontre dans presque tout l'est des États-Unis et, au Canada, depuis les Cantons de l'Est au Québec jusqu'à l'île Manitoulin et les districts d'Algoma et de Timiskaming, dans le centre de l'Ontario, en passant par le sud de l'Ontario.


Données sur les collections de spécimens

Espèces semblables : Le mâle de l'hespérie rurale (Euphyes vestris) se distingue facilement de celui de l'hespérie verdâtre à son ptérostigma simple et à l'absence de taches pâles sur l'aile antérieure. Les femelles des deux espèces sont cependant beaucoup plus difficiles à départager. Chez la femellede l'hespérie rurale, les taches pâles de l'aile antérieure sont plus petites, et le dessous de l'aile postérieure ne porte pas de rangée de taches pâles. Toutefois, pour confirmer l'identification, un examen des pattes s'impose : l'hespérie rurale présente la paire habituelle d'éperons écailleux à l'extrémité du tibia médian, tandis que l'hespérie verdâtre possède de nombreuses épines en plus des éperons. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert pâle, marbrée, avec une bande vert foncé sur le dos et des bandes jaunâtres sur les côtés. La tête est brun foncé, avec des bandes verticales pâles. Les plantes hôtes sont des graminées, en particulier la digitaire sanguine (Digitaria sanguinalis), le panic clandestin (Panicum clandestinum) et le panic fourchu (P. dichotomum).

Abondance : L'hespérie verdâtre est commune localement, mais dans la majeure partie de son aire au Canada, elle passe souvent inaperçue en raison de sa ressemblance avec l'hespérie rurale (Euphyes vestris), beaucoup plus commune.

Période de vol : Les adultes sont présents de la fin de juin au début d'août. L'hespérie verdâtre a une génération par année au Canada, deux dans le sud des États-Unis.

Comportement et habitat : L'hespérie verdâtre fréquente les champs et prés secs et les milieux dégagés près des boisés; elle est souvent observée sur les fleurs en compagnie de l'hespérie rurale (Euphyes vestris), l'espèce qui lui ressemble le plus.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.