Daphné jolibois (Nom commun)

Informations générales sur l'intoxication :

La daphné jolibois (Daphne mezereum) est un arbuste ornemental qui pousse dans tout le sud du Canada. Comme les autres espèces du genre Daphne, elle est toxique pour les humains et les animaux. La plante contient des substances irritantes qui provoquent une douleur, une sensation de brûlure et des picotements sur la peau exposée. Ces sensations sont encore plus prononcées sur les muqueuses de la bouche, de la gorge et de l'estomac après l'ingestion des fruits. Des symptômes plus graves se produisent aussi chez les humains, allant jusqu'à des dommages causés aux reins et à la mort. Toutes les espèces et tous les cultivars du genre Daphne n'existent que comme plantes ornementales dans les parties les plus méridionales et tempérées du Canada, à l'exception de la daphné jolibois qui est acclimatée dans plusieurs provinces de l'est. Des chevaux et des porcs se sont empoisonnés en ingérant des feuilles ou des fruits de daphné, mais les cas d'intoxication sont rares chez les animaux. Les animaux de compagnie peuvent s'empoisonner s'ils ont accès aux plantes. On trouvera des informations supplémentaires dans plusieurs références (Frohne and Pfander 1983, Cooper and Johnson 1984, Lampe and McCann 1985, Fuller and McClintock 1986).

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.
  • Frohne, D., Pfander, H. J. 1983. A colour atlas of poisonous plants. Wolfe Publishing Ltd., London, England. 291 pp.
  • Fuller, T. C., McClintock, E. 1986. Poisonous plants of California. Univ. California Press, Berkeley, Calif., USA. 432 pp.
  • Fyles, F. 1920. Principal poisonous plants of Canada. Can. Dep. Agric. Exp. Farms. Bull. 39. 112 pp.
  • Lampe, K. F., McCann, M. A. 1985. AMA Handbook of poisonous and injurious plants. American Medical Assoc. Chicago, Ill., USA. 432 pp.

Nomenclature:

Nom scientifique :
Daphne mezereum L.
Nom(s) commun(s) :
daphné jolibois
Nom de la famille scientifique :
Thymelaeaceae
Nom de famille commun :
daphnée

Visitez ITIS*ca pour plus d'information taxonomique : Daphne mezereum

Références :

  • Agriculture Quebec. 1975. Noms des maladies des plantes du Canada/ Names of plant diseases in Canada. , Quebec City, Que., Canada. 288 pp.
  • Alex, J. F., Cayouette, R., Mulligan, G. A. 1980. Common and botanical names of weeds in Canada/Noms populaire et scientifiques des plantes nuisibles du Canada. Revised. Agric. Can. Publ., Ottawa, Ont., Canada. 132 pp.
  • Bailey, L. H., Bailey, E. Z. 1976. Hortus third. Revised. MacMillan, New York, N.Y., USA. 1290 pp.
  • Scoggan, H. J. 1978, 1979. The flora of Canada. Nat. Mus. Nat. Sci. (Ottawa) Publ. Bot. 7(1)-7(4). 1711 pp.
  • Van Wijk, H. L. 1911. A dictionary of plant names. Martinus Nijhoff, The Hague, The Netherlands. 1444 pp.
  • Victorin, M. 1964. Flore Laurentienne. 2nd ed. Univ. Montreal, Montreal, Que., Canada. 952 pp.

Information géographique

  • Île-du-Prince-Édouard
  • Nouvelle-Écosse
  • Ontario
  • Québec
  • Terre-Neuve

Références :

  • Bailey, L. H., Bailey, E. Z. 1976. Hortus third. Revised. MacMillan, New York, N.Y., USA. 1290 pp.
  • Boivin, B. 1966, 1967. Énumération des plantes du Canada. Provencheria 6. Nat. Can. (Que.) 93: 253-274; 371-437; 583-646; 989-1063. 94: 131-157; 471-528; 625-655.

Photo ou dessin

Images : Daphné jolibois - Recherche Google

Des notes sur Parties des plantes toxiques:

Toutes les espèces du genre Daphne traitées dans le présent système d'information contiennent les mêmes substances toxiques, qui sont présentes dans toutes les parties de la plante. La pulpe du fruit est la seule partie qui ne contient pas de mézeréine. Ce sont les graines broyées par la mastication qui déclenchent les symptômes. L'ingestion d'une ou deux des baies au goût âcre peut provoquer une intoxication grave chez les enfants. L'ingestion de 12 baies peut suffire à tuer un humain adulte (Frohne and Pfander 1983, Fuller and McClintock 1986).

Parties toxiques:

  • Écorce
  • Fleurs
  • Fruits mûrs
  • Graines
  • Toutes les parties

Références :

  • Frohne, D., Pfander, H. J. 1983. A colour atlas of poisonous plants. Wolfe Publishing Ltd., London, England. 291 pp.
  • Fuller, T. C., McClintock, E. 1986. Poisonous plants of California. Univ. California Press, Berkeley, Calif., USA. 432 pp.

Des notes sur Produits chimiques toxiques :

La daphnétoxine et la mézeréine sont des alcools diterpéniques ayant un squelette de daphnane. La mézeréine a une activité cocarcinogène comme les esters de phorbol qui lui sont apparentés chimiquement et qu'on trouve dans de nombreuses espèces toxiques de la famille des Euphorbiaceae. Chez les souris, on a établi que la DL 50 de daphnétoxine était de 275 mg/kg et que la quantité suffisant à provoquer l'inflammation d'une oreille de souris était de 0,2 mg par oreille (Frohne and Pfander 1983). L'écorce de ces plantes contient un glycoside de coumarine qui comprend l'aglycone dihydroxycoumarine (Fuller and McClintock 1986).

Produits chimiques toxiques :

  • Daphnétoxine
  • Dihydroxycoumarine
  • Mézeréine

Références :

  • Fuller, T. C., McClintock, E. 1986. Poisonous plants of California. Univ. California Press, Berkeley, Calif., USA. 432 pp.
  • Lampe, K. F., McCann, M. A. 1985. AMA Handbook of poisonous and injurious plants. American Medical Assoc. Chicago, Ill., USA. 432 pp.

Intoxication chez les animaux et chez l'humain :

N.B.: Si le nom d'une espèce animale est inscrit sans plus de précisions, c'est parce que les documents publiés depuis 1993 ne renferment aucune explication détaillée.

Chevaux

Symptômes généraux de l'intoxication :

Informations sur l'intoxication :

Des chevaux ont été empoisonnés par les feuilles et les baies de plantes du genre Daphne. L'intoxication a produit des douleurs abdominales, des problèmes respiratoires et la mort. À l'autopsie, ont a constaté une inflammation et une enflure du tube digestif ainsi que la présence d'un contenu sanguinolent. Lors d'expériences, on a constaté des symptômes semblables mais pas la mort. Dans ce cas les animaux n'avaient mangé que 100 à 150 g de plantes, qui ont un goût âcre (Cooper and Johnson 1984).

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.

Chiens

Humains

Symptômes généraux de l'intoxication :

Informations sur l'intoxication :

Chez l'humain, l'intoxication par les espèces du genre Daphne peut se limiter à une irritation sans gravité de la bouche qui s'accompagne parfois de douleur, de sensation de brûlure et de picotements. Si des parties de la plante sont aussi mâchées et ingérées, les symptômes sont plus prononcés: diarrhée sanguinolente, douleurs abdominales, vomissements et convulsions. Dans les cas graves, il peut y avoir prostration, hallucinations et détachement des muqueuses buccales, et les reins peuvent être endommagés. En Nouvelle-Écosse, on signale le cas d'un enfant qui est mort après avoir mangé des baies (Fyles 1920). L'ingestion peut produire des secousses musculaires et un état de somnolence qui persiste plusieurs jours. Il existe peu de cas d'empoisonnement, mais l'ingestion peut avoir des conséquences graves (Frohne and Pfander 1983, Cooper and Johnson 1984, Lampe and McCann 1985, Fuller and McClintock 1985).

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.
  • Frohne, D., Pfander, H. J. 1983. A colour atlas of poisonous plants. Wolfe Publishing Ltd., London, England. 291 pp.
  • Fuller, T. C., McClintock, E. 1986. Poisonous plants of California. Univ. California Press, Berkeley, Calif., USA. 432 pp.
  • Lampe, K. F., McCann, M. A. 1985. AMA Handbook of poisonous and injurious plants. American Medical Assoc. Chicago, Ill., USA. 432 pp.

Porcs

Symptômes généraux de l'intoxication :

Informations sur l'intoxication :

On a donné des baies de daphné à manger à une portée de porcs âgés de 10 semaines, qui sont morts subitement. À l'autopsie, on a constaté la présence de brûlures blanches dans la bouche et l'état très enflammé de l'estomac (Cooper and Johnson 1984).

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.

Une autre recherche?