Lupin soyeux (Nom commun)

Informations générales sur l'intoxication :

Le lupin soyeux (Lupinus sericeus) est une plante indigène de l'ouest du Canada. Cette espèce a empoisonné des bovins, des chèvres, des chevaux et des moutons. Les moutons sont plus portés à manger cette plante que les autres animaux et sont donc plus souvent intoxiqués. Les bovins peuvent également être touchés par le syndrome tératogène ("crooked calf disease") dû à l'ingestion de lupins par la mère entre les jours 40 et 70 de la gestation. Les veaux peuvent être atteints d'arthrogrypose, de scoliose et d'autres malformations. Les humains peuvent aussi être intoxiqués par les lupins. Dans un cas survenu en Californie, un enfant est né avec les membres déformés. Pour produire son lait, la famille élevait des chèvres qui avaient déjà donné naissance à des chevreaux aux membres déformés; une chienne avait également donné naissance à des chiots souffrant de malformations. Dans tous ces cas, les mères avaient bu du lait de chèvre pendant la gestation. On pense que ces effets ont été produits par l'anagyrine présente dans une espèce de lupins existant dans la localité. Des tests ont permis de montrer que les chèvres en lactation qui ingèrent des graines de lupin évacuent l'anagyrine dans leur lait. Les magasins d'aliments naturels vendent des graines de lupin comestibles. À Edmonton (Smith 1987), une femme a souffert de vertiges peu prononcés et d'incoordination après en avoir consommé. Elle n'avait pas suivi les instructions qui disaient de faire bouillir les graines dans plusieurs eaux après les avoir fait tremper, cette étape étant nécessaire pour éliminer les toxines.

Références :

  • Keeler, R. F. 1989. Quinolizidine alkaloids in range and grain lupins. Pages 133-167 in Cheeke, P. R., ed. Toxicants of plant origin. Vol. I. Alkaloids. CRC Press, Inc., Boca Raton, Fla., USA. 335 pp.
  • Kingsbury, J. M. 1964. Poisonous plants of the United States and Canada. Prentice-Hall Inc., Englewood Cliffs, N.J., USA. 626 pp.

Nomenclature :

Nom scientifique :
Lupinus sericeus Pursh
Nom(s) commun(s) :
lupin soyeux
Nom de la famille scientifique :
Leguminosae
Nom de famille commun :
pois

Visitez ITIS*ca pour plus d'information taxonomique : Lupinus sericeus

Références :

  • Agriculture Quebec. 1975. Noms des maladies des plantes du Canada/ Names of plant diseases in Canada. Quebec City, Que., Canada. 288 pp.
  • Alex, J. F., Cayouette, R., Mulligan, G. A. 1980. Common and botanical names of weeds in Canada/Noms populaire et scientifiques des plantes nuisibles du Canada. Revised. Agric. Can. Publ., Ottawa, Ont., Canada. 132 pp.
  • Bailey, L. H., Bailey, E. Z. 1976. Hortus third. Revised. MacMillan, New York, N.Y., USA. 1290 pp.
  • Scoggan, H. J. 1978, 1979. The flora of Canada. Nat. Mus. Nat. Sci. (Ottawa) Publ. Bot. 7(1)-7(4). 1711 pp.
  • Van Wijk, H. L. 1911. A dictionary of plant names. Martinus Nijhoff, The Hague, The Netherlands. 1444 pp.
  • Victorin, M. 1964. Flore Laurentienne. 2nd ed. Univ. Montreal, Montreal, Que., Canada. 952 pp.

Information géographique

  • Alberta
  • Colombie-Britannique
  • Territoire du Yukon

Références :

  • Bailey, L. H., Bailey, E. Z. 1976. Hortus third. Revised. MacMillan, New York, N.Y., USA. 1290 pp.
  • Boivin, B. 1966, 1967. Énumération des plantes du Canada. Provencheria 6. Nat. Can. (Que.) 93: 253-274; 371-437; 583-646; 989-1063. 94: 131-157; 471-528; 625-655.

Photo ou dessin

Images : lupin soyeux - Recherche Google

Des notes sur Parties des plantes toxiques :

L'anagyrine, un alcaloïde tératogène, est plus concentrée dans les graines, les gousses et les jeunes feuilles. Les alcaloïdes de quinolizidine causant l'intoxication par le lupin et la mort sont présents en plus grande quantité dans les graines et les gousses. L'intoxication nécessite l'ingestion de grandes quantités de plantes sur une courte période. Les alcaloïdes résistent au séchage, et le foin contenant d'assez grandes quantités de lupins peut être toxique (Kingsbury 1964, Keeler 1989).

Parties toxiques :

  • feuilles
  • fruits mûrs
  • graines
  • tiges

Références :

  • Davis, A. M., Stout, D. M. 1986. Anagyrine in western American lupines. J. Range Manage., 39: 29-30.
  • Keeler, R. F. 1989. Quinolizidine alkaloids in range and grain lupins. Pages 133-167 in Cheeke, P. R., ed. Toxicants of plant origin. Vol. I. Alkaloids. CRC Press, Inc., Boca Raton, Fla., USA. 335 pp.
  • Kingsbury, J. M. 1964. Poisonous plants of the United States and Canada. Prentice-Hall Inc., Englewood Cliffs, N.J., USA. 626 pp.

Des notes sur Produits chimiques toxiques :

Le lupin soyeux contient deux des principaux alcaloïdes de quinolozidine qui sont la lupanine et la spartéine. Ces alcaloïdes et leurs dérivés peuvent empoisonner et tuer le bétail. L'espèce contient également de l'anagyrine; cette substance est tératogène, c'est-à-dire qu'elle produit des malformations chez les veaux dont la mère a consommé la plante entre les jours 40 et 70 de la gestation. On a mesuré des teneurs de 6,84 g/kg, ce qui est supérieur au taux de 1,44 g/kg qui suffit à provoquer les effets en question (Davis and Stout 1986, Keeler 1989). La DL 50 de la lupanine administrée par voie orale est de 1464 mg/kg chez les rats. Cet alcaloïde est rapidement éliminé par l'organisme (Petterson et\ al. 1987).

Produits chimiques toxiques :

  • anagyrine
  • lupanine
  • spartéine

Références :

  • Davis, A. M., Stout, D. M. 1986. Anagyrine in western American lupines. J. Range Manage., 39: 29-30.
  • Keeler, R. F. 1989. Quinolizidine alkaloids in range and grain lupins. Pages 133-167 in Cheeke, P. R., ed. Toxicants of plant origin. Vol. I. Alkaloids. CRC Press, Inc., Boca Raton, Fla., USA. 335 pp.
  • Petterson, D. S., Ellis, Z. L., Harris, D. J., Spadek, Z. E. 1987. Acute toxicity of the major alkaloids of cultivated Lupinus angustifolius seed to rats. J. Appl. Toxicol., 7: 51-53.

Intoxication chez les animaux et chez l'humain :

N.B. : Si le nom d'une espèce animale est inscrit sans plus de précisions, c'est parce que les documents publiés depuis 1993 ne renferment aucune explication détaillée.

Bovins

Symptômes généraux de l'intoxication :

Informations sur l'intoxication :

Les bovins sont moins portés que les moutons à manger du lupin, et il est donc rare qu'ils en consomment des quantités mortelles. Les symptômes ressemblent à ceux qu'on observe chez les moutons (Kingsbury 1964).

Références :

  • Keeler, R. F. 1989. Quinolizidine alkaloids in range and grain lupins. Pages 133-167 in Cheeke, P. R., ed. Toxicants of plant origin. Vol. I. Alkaloids. CRC Press, Inc., Boca Raton, Fla., USA. 335 pp.
  • Kingsbury, J. M. 1964. Poisonous plants of the United States and Canada. Prentice-Hall Inc., Englewood Cliffs, N.J., USA. 626 pp.

Chevaux

Symptômes généraux de l'intoxication :

Informations sur l'intoxication :

Les chevaux sont moins portés que les moutons à manger du lupin, et il est donc rare qu'ils soient intoxiqués. Les symptômes ressemblent à ceux qu'on observe chez les moutons (Kingsbury 1964).

Références :

  • Kingsbury, J. M. 1964. Poisonous plants of the United States and Canada. Prentice-Hall Inc., Englewood Cliffs, N.J., USA. 626 pp.

Humains

Symptômes généraux de l'intoxication :

Informations sur l'intoxication :

Smith (1987) signale le cas d'une femme qui s'est plainte de vertiges et d'incoordination après avoir consommé des graines de lupin achetées à Edmonton. Elle n'avait pas suivi les instructions sur le mode de cuisson, où l'on disait de faire bouillir des graines dans plusieurs eaux après les avoir fait tremper. Les alcaloïdes toxiques sont éliminés par l'ébullition répétée. On doit poursuivre cette opération jusqu'à ce que le goût amer ait disparu. Dans les graines de lupin, on a établi que la dose létale de lupanine était d'environ 100 mg/kg. En cas de préparation inadéquate, 10 g de graines peuvent libérer plus de 100 mg de lupanine. Keeler (1989) parle du lien possible entre la consommation de lait de chèvre et des malformations présentes chez un nouveau-né. Il est possible que les chèvres aient mangé une espèce de lupin qui contenait de l'anagyrine, et cette substance tératogène aurait été présente dans le lait de chèvre que la femme buvait pendant sa grossesse.

Références :

  • Keeler, R. F. 1989. Quinolizidine alkaloids in range and grain lupins. Pages 133-167 in Cheeke, P. R., ed. Toxicants of plant origin. Vol. I. Alkaloids. CRC Press, Inc., Boca Raton, Fla., USA. 335 pp.

Moutons

Symptômes généraux de l'intoxication :

Informations sur l'intoxication :

Chez les moutons, les symptômes produits par l'ingestion de lupins sont la respiration laborieuse, la dépression, le coma (souvent accompagné de ronflements) et la mort par asphyxie. Il peut y avoir des tremblements et des convulsions. L'animal peut donner des coups de tête à d'autres membres du troupeau ou rester appuyé contre un objet. On a noté des grincements de dents et la production d'écume. Les moutons sont plus portés à consommer du lupin que les autres espèces de bétail et sont donc plus exposés à l'intoxication par cette plante. L'ingestion de graines à raison de 0,25 à 0,5 % du poids corporel peut causer une intoxication (Keeler 1964).

Références :

  • Kingsbury, J. M. 1964. Poisonous plants of the United States and Canada. Prentice-Hall Inc., Englewood Cliffs, N.J., USA. 626 pp.

Une autre recherche?