Nerprun commun (Nom commun)

Informations générales sur l'intoxication :

Le Nerprun commun (Rhamnus cathartica) est un petit arbuste acclimaté qu'on trouve dans une grande partie de l'est du Canada et dans les provinces des Prairies. Le tronc et les branches portent des épines. Cette espèce pousse souvent le long des clôtures et des routes ainsi que dans les champs abandonnés. Dans certaines régions, elle est commune dans les sous-bois. L'écorce et les fruits contiennent des substances qui ont un puissant effet purgatif pouvant affecter les humains. Les intoxications graves sont rares (Cooper and Johnson 1984, Lampe and McCann 1986).

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.
  • Fuller, T. C., McClintock, E. 1986. Poisonous plants of California. Univ. California Press, Berkeley, Calif., USA. 432 pp.
  • Lampe, K. F., McCann, M. A. 1985. AMA Handbook of poisonous and injurious plants. American Medical Assoc. Chicago, Ill., USA. 432 pp.

Nomenclature :

Nom scientifique :
Rhamnus cathartica L.
Nom(s) commun(s) :
Nerprun commun
Nom de la famille scientifique :
Rhamnaceae
Nom de famille commun :
nerprun

Visitez ITIS*ca pour plus d'information taxonomique: Rhamnus cathartica

Références :

  • Agriculture Quebec. 1975. Noms des maladies des plantes du Canada/ Names of plant diseases in Canada. , Quebec City, Que., Canada. 288 pp.
  • Alex, J. F., Cayouette, R., Mulligan, G. A. 1980. Common and botanical names of weeds in Canada/Noms populaire et scientifiques des plantes nuisibles du Canada. Revised. Agric. Can. Publ., Ottawa, Ont., Canada. 132 pp.
  • Bailey, L. H., Bailey, E. Z. 1976. Hortus third. Revised. MacMillan, New York, N.Y., USA. 1290 pp.
  • Scoggan, H. J. 1978, 1979. The flora of Canada. Nat. Mus. Nat. Sci. (Ottawa) Publ. Bot. 7(1)-7(4). 1711 pp.
  • Van Wijk, H. L. 1911. A dictionary of plant names. Martinus Nijhoff, The Hague, The Netherlands. 1444 pp.
  • Victorin, M. 1964. Flore Laurentienne. 2nd ed. Univ. Montreal, Montreal, Que., Canada. 952 pp.

Information géographique

  • Île-du-Prince-Édouard
  • Manitoba
  • Nouvelle-Écosse
  • Ontario
  • Québec
  • Saskatchewan

Références :

  • Bailey, L. H., Bailey, E. Z. 1976. Hortus third. Revised. MacMillan, New York, N.Y., USA. 1290 pp.
  • Boivin, B. 1966, 1967. Énumération des plantes du Canada. Provencheria 6. Nat. Can. (Que.) 93: 253-274; 371-437; 583-646; 989-1063. 94: 131-157; 471-528; 625-655.

Photo ou dessin

Images : Nerprun commun - Recherche Google

Parties toxiques :

  • écorce
  • fruits mûrs

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.

Des notes sur Produits chimiques toxiques :

Cette plante contient des glycosides qui se transforment par hydrolyse en anthraquinones telles que l'émodine (une trihydroxyméthylanthraquinone). Ces substances ont un effet purgatif; l'émodine est employée dans des laxatifs (Cooper and Johnson 1984).

Produits chimiques toxiques :

  • anthraquinones
  • émodine

Les diagrammes chimiques sont offerts gracieuseté de Ruth McDiarmid, Technicienne de recherche, Ferme de recherches de Kamloops, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Kamloops, Colombie Britannique, Canada.

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.

Intoxication chez les animaux et chez l'humain :

N.B. : Si le nom d'une espèce animale est inscrit sans plus de précisions, c'est parce que les documents publiés depuis 1993 ne renferment aucune explication détaillée.

Humains

Symptômes généraux de l'intoxication:

Informations sur l'intoxication :

Le Nerprun commun est habituellement ingéré par les enfants, qui mangent les baies noires et mâchent les rameaux. Normalement, les symptômes sont bénins et se limitent à des douleurs abdominales passagères, des vomissements et une diarrhée. L'ingestion de 20 baies ou plus peut avoir des conséquences plus graves: troubles gastro-intestinaux, perte de liquides, dommages causés aux reins, convulsions musculaires et hémorragie. Dans les cas graves, il peut y avoir difficulté à respirer et effondrement. Le traitement consiste à provoquer les vomissements s'ils ne se sont pas déjà produits et à remplacer les liquides (Cooper and Johnson 1984, Fuller and McClintock 1985).

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.
  • Fuller, T. C., McClintock, E. 1986. Poisonous plants of California. Univ. California Press, Berkeley, Calif., USA. 432 pp.
  • Lampe, K. F., McCann, M. A. 1985. AMA Handbook of poisonous and injurious plants. American Medical Assoc. Chicago, Ill., USA. 432 pp.

Une autre recherche?