Renoncule scélérate (Nom commun)

Informations générales sur l'intoxication :

La renoncule scélérate (Ranunculus sceleratus) est une plante indigène qu'on trouve dans la plus grande partie du Canada. Elle contient un irritant toxique qui, sous l'effet de la mastication, se transforme en proto-anémonine. En cas d'ingestion, toutes les espèces de bétail peuvent être intoxiquées, mais les bovins sont ceux qui sont le plus souvent touchés. Des chevaux et des chèvres ont aussi été empoisonnés (Cooper et Johnson 1984, Fuller et McClintock 1986).

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.
  • Fuller, T. C., McClintock, E. 1986. Poisonous plants of California. Univ. California Press, Berkeley, Calif., USA. 432 pp.

Nomenclature :

Nom scientifique :
Ranunculus sceleratus L.
Nom(s) commun(s) :
renoncule scélérate
Nom de la famille scientifique :
Ranunculaceae
Nom de famille commun :
renoncule

Visitez ITIS*ca pour plus d'information taxonomique : Ranunculus sceleratus

Références :

  • Agriculture Quebec. 1975. Noms des maladies des plantes du Canada/Names of plant diseases in Canada, Quebec City, Que., Canada. 288 pp.
  • Alex, J. F., Cayouette, R., Mulligan, G. A. 1980. Common and botanical names of weeds in Canada/ Noms populaire et scientifiques des plantes nuisibles du Canada. Revised. Agric. Can. Publ., Ottawa, Ont., Canada. 132 pp.
  • Bailey, L. H., Bailey, E. Z. 1976. Hortus third. Revised. MacMillan, New York, N.Y., USA. 1290 pp.
  • Scoggan, H. J. 1978, 1979. The flora of Canada. Nat. Mus. Nat. Sci. (Ottawa) Publ. Bot. 7(1)-7(4). 1711 pp.
  • Van Wijk, H. L. 1911. A dictionary of plant names. Martinus Nijhoff, The Hague, The Netherlands. 1444 pp.
  • Victorin, M. 1964. Flore Laurentienne. 2nd ed. Univ. Montreal, Montreal, Que., Canada. 952 pp.

Information géographique

  • Alberta
  • Colombie-Britannique
  • Labrador
  • Manitoba
  • Ontario
  • Québec
  • Saskatchewan
  • Terre-Neuve
  • Territoire du Yukon
  • Territoires du Nord-Ouest

Références :

  • Bailey, L. H., Bailey, E. Z. 1976. Hortus third. Revised. MacMillan, New York, N.Y., USA. 1290 pp.
  • Boivin, B. 1966, 1967. Énumération des plantes du Canada. Provencheria 6. Nat. Can. (Que.) 93: 253-274; 371-437; 583-646; 989-1063. 94: 131-157; 471-528; 625-655.

Photo ou dessin

Images : Renoncule scélérate - Recherche Google

Des notes sur Parties des plantes toxiques :

Le jus de la plante contient le glycoside, qui est transformé en proto-anémonine, un irritant. La concentration de cette substance est plus élevée pendant la floraison (Cooper et Johnson 1984).

Parties toxiques :

  • jus de la plante

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.

Des notes sur Produits chimiques toxiques :

Sous l'effet de la mastication, une enzyme transforme la racunculine, un glycoside, en proto-anémonine, un irritant volatile (Cooper et Johnson 1984).

Produits chimiques toxiques :

  • ranunculine

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.

Intoxication chez les animaux et chez l'humain :

N.B. : Si le nom d'une espèce animale est inscrit sans plus de précisions, c'est parce que les documents publiés depuis 1993 ne renferment aucune explication détaillée.

Bovins

Symptômes généraux de l'intoxication :

Informations sur l'intoxication :

L'ingestion de la renoncule scélérate déclenche une salivation excessive, des douleurs abdominales et une inflammation de la bouche. Dans les cas plus graves, il se produit une ulcération sévère de la bouche, du système digestif et de l'appareil urinaire. L'animal est pris de diarrhée, ses selles et son urine sont de couleur foncée. Les pattes arrière deviennent instables et il peut y avoir perte totale ou partielle de la vision. La mort est précédée de convulsions, mais les cas mortels sont rares. Après l'épandage de 2,4-D, on ne doit pas laisser les animaux se nourrir sur des pâturages pendant au moins deux semaines parce qu'ils peuvent alors montrer une préférence pour ces plantes (Cooper et Johnson 1984).

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.
  • Fuller, T. C., McClintock, E. 1986. Poisonous plants of California. Univ. California Press, Berkeley, Calif., USA. 432 pp.

Chèvres

Symptômes généraux de l'intoxication :

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.

Chevaux

Symptômes généraux de l'intoxication :

Informations sur l'intoxication :

Une cheval s'est empoisonné en mangeant de la renoncule scélérate. Les symptômes étaient les suivants : paralysie, tremblements des muscles, colique, convulsions et perte de l'ouïe et de la vue. Le rétablissement a eu lieu au bout de quelques jours, mais l'état de faiblesse s'est prolongé (Cooper et Johnson 1984).

Références :

  • Cooper, M. R., Johnson, A. W. 1984. Poisonous plants in Britain and their effects on animals and man. Her Majesty's Stationery Office, London, England. 305 pp.

Une autre recherche?