Sarcobatus vermiculatus (Nom scientifique)

Informations générales sur l'intoxication :

Le sarcobatus vermiculé (Sarcobatus vermiculatus) est un arbuste indigène de l'ouest du Canada; on le trouve du sud-ouest de la Saskatchewan au sud- est de la Colombie-Britannique. Aux États-Unis, des moutons qui avaient mangé cette plante sont tombés malades et sont morts. Les oxalates sont présents dans toutes les parties de la plante mais sont plus concentrés dans les feuilles. Cette espèce est considérée comme un fourrage de bonne qualité. Une bonne gestion des troupeaux permet d'éviter les intoxications (Kingsbury 1964, Cheeke et Schull 1985).

Références :

  • Cheeke, P. R., Shull, L. R. 1985. Natural toxicants in feeds and poisonous plants. AVI Publishing Company, Inc., Westport, Conn., USA. 492 pp.
  • Kingsbury, J. M. 1964. Poisonous plants of the United States and Canada. Prentice-Hall Inc., Englewood Cliffs, N.J., USA. 626 pp.
  • Scimeca, J. M., Oehme, F. W. 1985. Postmortem guide to common poisonous plants of livestock. Vet. Hum. Toxicol., 27 : 189-199.

Nomenclature :

Nom scientifique :
Sarcobatus vermiculatus (Hook.) Torr.
Nom(s) commun(s) :
sarcobatus vermiculé
Nom de la famille scientifique :
Chenopodiaceae
Nom de famille commun :
chénopode

Visitez ITIS*ca pour plus d'information taxonomique : Sarcobatus vermiculatus

Références :

  • Agriculture Quebec. 1975. Noms des maladies des plantes du Canada/Names of plant diseases in Canada, Quebec City, Que., Canada. 288 pp.
  • Alex, J. F., Cayouette, R., Mulligan, G. A. 1980. Common and botanical names of weeds in Canada/ Noms populaire et scientifiques des plantes nuisibles du Canada. Revised. Agric. Can. Publ., Ottawa, Ont., Canada. 132 pp.
  • Bailey, L. H., Bailey, E. Z. 1976. Hortus third. Revised. MacMillan, New York, N.Y., USA. 1290 pp.
  • Scoggan, H. J. 1978, 1979. The flora of Canada. Nat. Mus. Nat. Sci. (Ottawa) Publ. Bot. 7(1)-7(4). 1711 pp.
  • Van Wijk, H. L. 1911. A dictionary of plant names. Martinus Nijhoff, The Hague, The Netherlands. 1444 pp.
  • Victorin, M. 1964. Flore Laurentienne. 2nd ed. Univ. Montreal, Montreal, Que., Canada. 952 pp.

Information géographique

  • Alberta
  • Colombie-Britannique
  • Saskatchewan

Références :

  • Bailey, L. H., Bailey, E. Z. 1976. Hortus third. Revised. MacMillan, New York, N.Y., USA. 1290 pp.
  • Boivin, B. 1966, 1967. énumération des plantes du Canada. Provencheria 6. Nat. Can. (Que.) 93 : 253-274; 371-437; 583-646; 989-1063. 94 : 131-157; 471-528; 625-655.

Photo ou dessin

images : Sarcobatus vermiculatus - Google search

Parties toxiques :

  • feuilles

Références :

  • Kingsbury, J. M. 1964. Poisonous plants of the United States and Canada. Prentice-Hall Inc., Englewood Cliffs, N.J., USA. 626 pp.

Des notes sur Produits chimiques toxiques :

Le sarcobatus vermiculé contient des oxalates. On a mesuré une teneur totale en poids sec qui se situait entre 10 et 22 % et qui était constituée en majorité de sels solubles. La teneur en oxalates est plus élevée dans les feuilles et augmente au cours de la maturation. Chez les moutons, l'ingestion de la plante à raison de 1,5 à 5,0 % du poids corporel peut avoir des effets toxiques (Kingsbury 1964).

Produits chimiques toxiques :

  • oxalate

Références :

  • Kingsbury, J. M. 1964. Poisonous plants of the United States and Canada. Prentice-Hall Inc., Englewood Cliffs, N.J., USA. 626 pp.

Intoxication chez les animaux et chez l'humain :

N.B. : Si le nom d'une espèce animale est inscrit sans plus de précisions, c'est parce que les documents publiés depuis 1993 ne renferment aucune explication détaillée.

Moutons

Symptômes généraux de l'intoxication :

Informations sur l'intoxication :

Dans l'ouest des États-Unis, 1000 moutons sont morts en même temps. Les symptômes se manifestent de 3 à 5 heures après l'ingestion de quantités toxiques de sarcobatus vermiculé. Ils peuvent apparaître brusquement lorsque les animaux ont bu. Les symptômes d'intoxication sont la dépression, l'état de faiblesse, la prostration, le coma et la mort. La respiration et les battements cardiaques sont de plus en plus faibles et la mort survient après 12 à 20 heures. L'hypocalcémie résulte de la formation d'oxalate de calcium dans l'organisme. Des lésions microscopiques apparaissent dans les tubules des reins (Kingsbury 1964, Scimeca et Oehme 1985).

Références :

  • Kingsbury, J. M. 1964. Poisonous plants of the United States and Canada. Prentice-Hall Inc., Englewood Cliffs, N.J., USA. 626 pp.

Une autre recherche?